Environnement

Favoris(1) Imprimer l'article

La qualité des sols et sa bonne gestion sont un levier central pour tendre vers une viticulture écologiquement et économiquement durable. Cet article de 16 pages constitue la première synthèse bibliographique sur la qualité biologique des sols viticoles, en répertoriant toute la littérature académique internationale de ces trente dernières années.

La production viticole mondiale représente 7,5 millions d’ha pour un marché économique de 31 Mrd €. La viticulture constitue un secteur stratégique de l’économie agricole pour les principaux pays producteurs (Italie, France, Espagne, USA) mais est également un des principaux consommateurs de produits phytosanitaires et d’utilisation de la mécanisation.

Ces pratiques entraînent des conséquences sur la qualité environnementale et plus particulièrement sur celle des sols. De plus en plus d’études tentent d’évaluer l’impact des pratiques viticoles sur la biodiversité du sol. Cependant, la diversité des pratiques et la diversité des organismes du sol rendent cette évaluation complexe. Dans ce contexte, un groupe de travail scientifique a réalisé une revue de la littérature internationale pour répondre à la question de la qualité biologique des sols viticoles en fonction de l’impact des pratiques viticoles.

L’analyse de plus d’une centaine d’articles a permis de réunir des résultats sur plus de 50 modalités et 230 paramètres biologiques et d’en évaluer la généricité. Au-delà d’une synthèse des connaissances, les informations recueillies constituent une base robuste pour proposer un itinéraire technique viticole vertueux pour la qualité biologique des sols et pour les fonctions écologiques sur lesquelles repose la durabilité des productions viticoles.

Ce travail débouche également sur l’identification des pistes de recherche concrètes à mener à court et moyen termes dans le domaine de la qualité des sols viticoles face aux enjeux de la viticulture.

Lire la suite de l’article