Environnement

Accompagner
la transition agroécologique en viticulture 

À la suite du Guide de l’agroécologie en viticulture et ses outils pédagogique et d’orientation parus en 2017, le projet « TRAEVITI-Coll. » propose, depuis 2018, d’accompagner la transition agroécologique des collectifs viticoles. Il est Lauréat à l’appel à projet national programme 2017 du plan Ecophyto II.

L’objectif est d’aider à la réflexion, à la concrétisation de la mise en place des mesures agroenvironnementales aux échelles individuelle ou collective, et d’aider à la reconnaissance nationale et internationale des engagements et des initiatives. Le projet s’appuie sur les collectifs de viticulteurs les plus motivés et sensibilisés pour aller vers la transition agroécologique, comme d’une part, les ODG déclarés engagés dans la mise en place de mesures agroenvironnementales dans leurs cahiers des charges, et aussi les collectifs constitués GIEE ; Les savoirs, initiatives, réseaux, professions, instances sont mobilisés dans des courants ascendants et descendants.

Retrouvez les premières productions du projet d’accompagnement de la transition agroécologique sur agroecologie.vignevin.com.

La carte sonore interactive de la transition agroécologique en viticulture, en français et en anglais, illustre les initiatives, les démarches et les parcours des collectifs et des vignerons sur la base de postage de témoignages vidéos en interaction questions-réponses ; dont déjà :

  • La synthèse des résultats de l’enquête nationale de la transition agroécologique en viticulture
  • Le premier témoignage vidéo de l’ODG du Languedoc

Valoriser aussi en vidéo vos initiatives de transition agroécologique sur agroecologie.vignevin.com.

Suivez sur la page Facebook #TransitionAgroecologiqueViticulture,
l’actualité de la transition agroécologique ainsi que l’avancée du projet (en co-construction : la méthodologie de transition agroécologique en viticulture, les leviers de la transition ou l’accompagnement en formation, financement, technique, animation participative, le kit pédagogique des réseaux sociaux en viticulture, …)

Définitions

  • La transition désigne le processus par lequel les principes qui régissent un système sont modifiés de façon radicale, entraînant un ensemble de changements concernant autant les valeurs des acteurs que les techniques qu’ils utilisent. Sa durée varie de quelques années pour une unité de production, à plusieurs décennies pour un secteur d’activité ou la société dans son ensemble. Une transition est un processus complexe car un système en place est généralement verrouillé par la cohérence, construite au fil du temps, entre les techniques, les habitudes des acteurs, la réglementation, etc… Lever ces verrous nécessite des actions collectives telles que celles du management des transitions, et l’adoption d’une stratégie chemin-faisant dont les fins et les moyens sont reconsidérée chaque fois que nécessaire au cours du processus de transition.
  • La transition agroécologique désigne un changement de modèle agricole pour mettre en œuvre les principes de l’agroécologie et répondre ainsi aux crises que traverse ce secteur. Elle repose, en particulier, sur i) la création et mobilisation de savoirs issus de l’agroécologie, ii) l’engagement des acteurs (agriculteurs, conseillers agricoles…) dans la construction de ces savoirs pour une adaptation aux territoires, et iii) la territorialisation de l’agriculture impliquant notamment une reconnexion de la production agricole avec l’alimentation locale.
  • Cette transition se traduit par une co-évolution de changements techniques et sociaux du secteur agricole, dépendant de ceux liés à l’alimentation (habitudes alimentaires, réglementation…) ou l’énergie. Par exemple, l’adoption d’une nouvelle légumineuse dans une rotation de cultures peut être entravée par l’absence d’habitude de consommation de cette légumineuse. La transition agroécologique fait l’objet de nouveaux modes d’accompagnement des acteurs, d’autant plus nécessaires qu’elle se confronte à une multiplicité d’opérateurs, tant en nombre (des milliers d’exploitations agricoles) qu’en métiers (de l’agriculteur au responsable de la restauration collective) ; ainsi qu’à la complexité des verrous à lever comme, par exemple, la nécessité de diversifier la production agricole dans un territoire spécialisé.

Laurent Hazard | Marie-Benoît Magrini | Guillaume Martin Dictionnaire de l’AE   
https://dicoagroecologie.fr/encyclopedie/transition-agroecologique/  
Publié le 16 juin 2017

Les partenaires

  • Réseau technique et professionnel
    INAO, Confédération des IGP, CNAOC, DGPE du Ministère de l’Agriculture, Office Français de la Biodiversité, INRA UMR 1347 Agroécologie et UMR 1248 Agroécologie Innovations et TeRritoires, ODG Languedoc, IGP Côtes de Gascogne & Chambre d’agriculture du Gers, Confédération des appellations et des vignerons de Bourgogne, Interprofession Bergerac et Duras & GIEE Agrobio Périgord, ODG Faugères, ODG Châteauneuf du Pape, Association des Viticulteurs d’Alsace, Fédération Héraultaise des IGP, Chambre d’Agriculture Hérault, Syndicat des vins Ventoux, URABordeaux Syndicat

Le guide de l’agroécologie

en viticulture et ses outils

Accompagner la viticulture vers l’agroécologie

Le développement des mesures agroenvironnementales en viticulture répond à la question de la traduction des principes récents de l’agroécologie* dans les démarches individuelles ou collectives et les pratiques viticoles.

En particulier, la possibilité pour de nombreuses mesures agroenvironnementales d’être définies dans un volet du cahier des charges, a ouvert de nouvelles perspectives à beaucoup d’ODG.
Aussi, en liaison avec l’INAO, l’IFV a décidé d’élaborer le référentiel des mesures agroenvironnementales pour la filière ainsi que ses outils d’orientation et pédagogique associés.

* Les systèmes [de production agroécologiques] privilégient l’autonomie des exploitations agricoles et l’amélioration de leur compétitivité, en maintenant ou en augmentant la rentabilité économique, en améliorant la valeur ajoutée des productions et en réduisant la consommation d’énergie, d’eau, d’engrais, de produits phytopharmaceutiques et de médicaments vétérinaires, en particulier les antibiotiques. Ils sont fondés sur les interactions biologiques et l’utilisation des services écosystémiques et des potentiels offerts par les ressources naturelles, en particulier les ressources en eau, la biodiversité, la photosynthèse, les sols et l’air, en maintenant leur capacité de renouvellement du point de vue qualitatif et quantitatif. Ils contribuent à l’atténuation et à l’adaptation aux effets du changement climatique. » Loi d’avenir pour l’agriculture, 2014.

Le guide et ses outils regroupent des mesures d’application simple qui ont pour objectif de fournir des points de repère techniques et des outils pour tous les vignerons qui souhaitent, sur le plan individuel ou dans un cadre collectif, faire évoluer leurs pratiques, afin d’initier ou d’approfondir une démarche agroenvironnementale.

Le projet « AGRO-ECO-VITI Accompagner la viticulture vers l’agroécologie, développement des Mesures Agroenvironnementales » a été déposé auprès de l’Agence Française pour la Biodiversité (AFB) dans le cadre de l’appel à projet national du programme EcoPhyto-2 2016. Il a été mené en 2017 sous le pilotage d’un groupe constitué de l’IFV, de l’INAO, de l’AFB, la Confédération Nationale des producteurs des vis et eaux de vie à Appellations d’Origine Contrôlées (CNAOC), la Confédération des vins IGP de France.

5 thématiques agroécologiques
pour la viticulture

1

Préserver et développer la biodiversité

implantation de haies et de bandes enherbées, réduction voire interdiction de l’utilisation d’herbicides, développement de l’agroforesterie…

2

Maîtriser et réduire la fertilisation, et notamment la fertilisation azotée

limiter le recours en engrais azotés de synthèse, favoriser l’introduction de légumineuses, favoriser la culture d’engrais verts…

 

3

Limiter l’usage des produits phytosanitaires et développer l’usage du biocontrôle

améliorer l’efficience des quantités utilisées en utilisant un matériel de pulvérisation efficient limitant en particulier la dérive aérienne, favoriser l’utilisation de produits de biocontrôle comme la confusion sexuelle…

 

4

Favoriser une meilleure gestion de l’eau par les exploitations

respect de bonnes pratiques d’irrigation avec notamment un matériel et des pratiques efficientes, réflexion sur l’enherbement des parcelles, sur la présence des haies et talus…

 

5

Recourir à un matériel végétal plus adapté aux enjeux

variétés locales mieux adaptées aux caractéristiques du milieu, variétés plus résistantes à la sécheresse et à certaines maladies…

 

Liens vers les outils

Guide Agroécologie

Téléchargez le guide complet

Outils pédagogique et d’orientation

Accéder aux outils en ligne