Dépérissements

Flavescence dorée

Une maladie de quarantaine

La Flavescence Dorée est une maladie de quarantaine soumise à déclaration obligatoire présente en France depuis plusieurs  dizaines d’années.

Il s’agit d’une jaunisse à phytoplasme (bactérie sans paroi) qui est transmise à la vigne soit lors du greffage, en utilisant un matériel végétal contaminé, soit par un insecte vecteur qui se nourrit de la sève contaminée d’une plante porteuse du phytoplasme et l’inocule ensuite à un cep sain au cours d’une prise alimentaire ultérieure.

Tous les vignobles de France sont atteints, sauf à ce jour la Champagne et l’Alsace. De nombreux pays européens sont également concernés par la Flavescence Dorée de la vigne.

Hormis le traitement des bois à l’eau chaude avant plantation, il n’existe aucun moyen de lutte directe contre le phytoplasme responsable de la Flavescence Dorée, notamment pour les vignes en place. Le seul moyen de lutte actuel est indirect et consiste à limiter les populations de l’insecte vecteur du phytoplasme : la cicadelle Scaphoïdeus titanus.
C’est une problématique majeure pour les viticulteurs car la propagation de cette jaunisse peut être très rapide (le nombre de ceps atteints peut être multiplié jusqu’à 10 fois chaque année) et entraîner ainsi en quelques années la destruction de parcelles entières.

Longtemps circonscrite par des stratégies de lutte insecticide collective et réglementée dans des périmètres de lutte obligatoire, la Flavescence Dorée est aujourd’hui en recrudescence dans de nombreux vignobles et nécessite la mise en place de moyens de lutte croissants (surveillance des populations de l’insecte vecteur, messages réglementaires, traitements obligatoires spécifiques, prospections, …). Ceci entraîne des surcoûts importants et de nouvelles contraintes, difficilement compatibles avec un mode de gestion durable de la viticulture, qu’il soit raisonné, biodynamique ou biologique.

A ce jour, la pérennité de l’ensemble de la production viticole (pépinières et vignobles) est mise en péril par la Flavescence Dorée.

Derniers résultats acquis

Les actions en cours ont pour objectif commun d’améliorer la gestion de ce dépérissement en proposant de possibles optimisations de la lutte et un renouvellement de son approche méthodologique.

Proposer des outils de modélisation permettant une meilleure efficience de la lutte

Les populations de la cicadelle vectrice de la Flavescence Dorée de la vigne (Scaphoideus titanus) ont été observées tout au long de la campagne viticole 2015 sur plusieurs dizaines de parcelles, des principaux vignobles français concernés par la Flavescence Dorée.
La date d’éclosion de cette espèce univoltine ainsi que les dates d’émergence des différents stades (L1 à imago) ont pu être déterminées sur chaque vignoble et comparées aux dates correspondantes prévues par le modèle biologique proposé par Dolphin Engineering.
L’analyse des résultats révèle une qualité de prédiction hétéogène suivant les sites suivis, et ce quelque soit le stade biologique considéré. Toutefois, les concepteurs du modèle indiquent que ce modèle est « auto-apprenant » : la date d’éclosion de l’année n’est prise en compte par le modèle pour corriger les dates d’émergence L1 à adulte de l’année n, elles-mêmes utilisées pour affiner le calcul de la date d’éclosion de l’année n+1. Si cet « apprentissage » est efficace, la qualité prédictive du modèle biologique devrait donc s’améliorer en 2016, ce qui sera contrôlé sur le même réseau d’observations de terrain. Si cette modélisation s’avère efficiente à terme, le positionnement des traitements pourrait être facilité.

Proposer des méthodes de lutte biologique ou biotechnique

Une seule spécialité phytopharmaceutique (Pyrévert®) est actuellement autorisée dans la lutte contre Scaphoideus titanus, cicadelle vectrice de la Flavescence Dorée.

L’objectif est d’optimiser l’efficacité de ce produit (parfois mise en cause par les opérateurs) en proposant à la fois :

  • d’évaluer différentes stratégies de positionnement du ou des traitement(s) au Pyrévert®,
  • d’identifier les facteurs influant sur l’efficacité des traitements au Pyrévert® à travers des tests en laboratoire et des enquêtes de pratiques.

Neuf stratégies de traitement au Pyrévert®, à une seule application ou avec un renouvellement à différentes dates, ont pu être comparées. Les stratégies à un seul traitement Pyrévert® sont globalement très peu efficaces. Le très faible niveau des populations de Scaphoideus titanus observé dans la plupart des témoins lors des derniers comptages, ne permet pas de dégager de différence statistiquement significative de l’efficacité de traitement entre les différentes stratégies de renouvellement testées.

Par ailleurs, à ce jour, aucune tendance claire sur l’efficience du Pyrévert® ne se dégage, ni dans les tests effectués en laboratoire, ni par l’analyse des enquêtes concernant l’influence des pratiques de traitement. Les causes de l’hétérogénéité constatée dans l’efficacité de cette spécialité (la seule autorisée en lutte obligatoire biologique) demeurent inconnues à l’issue de la campagne 2015 et doivent continuer à être recherchées.

Elaborer une nouvelle approche méthodologique pour mieux gérer ce dépérissement

WiNetWork, réseau européen visant à renforcer les échanges de pratiques et de connaissances scientifiques et favoriser le transfert d’innovation sur la lutte contre la Flavescence Dorée a vu le jour en 2015.

Ce projet tente une nouvelle approche de la Flavescence Dorée et des maladies du bois de la vigne en s’appuyant sur une méthodologie innovante.
Dans 10 régions viticoles de 7 pays européens (Espagne, Portugal, Croatie, Hongrie, Allemagne, Italie, France), 10 « agents facilitateurs » ont constitué chacun un groupe technique représentatif des acteurs de la filière viticole régionale.
Des enquêtes de pratiques sont réalisées auprès des viticulteurs, pépiniéristes et coopératives afin d’établir un état des lieux des techniques réellement mises en œuvre sur le terrain par les producteurs dans le cadre de la lutte contre la Flavescence Dorée.
Ces 10 groupes techniques peuvent échanger avec 2 groupes scientifiques, chacun composé d’une dizaine d’experts européens reconnus spécialistes de la Flavescence Dorée ou des maladies du bois de la vigne.
Ces experts établissent également une base de données scientifiques destinée à enrichir un « réservoir de connaissances » qui sera mis à disposition des producteurs et ouverte à tous les publics qui le souhaiteront.
Par ailleurs, les agents facilitateurs alimentent également cette base de connaissance avec la littérature grise qu’ils recueillent.

Cette large collaboration européenne permet ainsi de rassembler et de créer du matériel support permettant l’information des différents publics concernés (production, technique et scientifique) sur la Flavescence Dorée.

Contact

L’équipe projet

  • IFV : Pôles IFV Bourgogne-Beaujolais-Jura-Savoie, Sud-Ouest, Alsace, Aquitaine-Charentes, Val de Loire-Centre, Rhône-Méditerranée.
  • Collaborations externes : BIVB, Dolphin engineering, Chambres d’agriculture (13, 21, 26, 31, 32, 33, 34, 84), Vinipôle Sud Bourgogne, FREDON PACA, ITAB, Bio Bourgogne, SudVinBio, GRAB, ADERA Vitinnov, INRA Bordeaux (UMR 1065 BFP), Montpellier AgroSup, CNRS (UMR uB6282) ; SRAl PACA, DGAl ; URCA (France), DLR (Allemagne), FEUGA (Espagne), INGACAL (Espagne), VINIDEA (Italie), SIVE (Italie), ADVID (Portugal), IPTO (Croatie), EKTF (Hongrie)

Focus

Reconnaissance des cicadelles de la vigne au stade larvaire
Cette fiche présente les éléments nécessaires à la distinction entre 5 espèces de cicadelles présentes notamment dans les vignobles aquitains et du Sud-Ouest. La reconnaissance se fait au stade larvaire, ce qui est le plus utile et aussi le plus aisé.

Voir

En savoir +

Jaunisses à phytoplasmes de la vigne
Ce document, rédigé par le groupe de travail animé par l’IFV, fait un point complet sur la flavescence dorée et le bois noir. Il aborde notamment leur historique, leur incidence économique, la reconnaissance des symptômes et la biologie de leurs vecteurs et les moyens de lutte.

Lire

WiNetWork

Pour en savoir plus sur la Flavescence dorée, découvrir le site du projet de recherche européen winetwork

Visiter le site

Publications

Communications scientifiques

Prevostini et al., 2015. Monitoring Scaphoideus titanus and related in-Field Activities: the experience in Switzerland and France using PreDiVine DSS. IOBC 2015, Vienne, Autriche.
Prevostini et al., 2015. Monitoring Scaphoideus titanus and related in-Field Activities: the experience in Switzerland and France using PreDiVine DSS. GiESCO 2015, Pech Rouge, France.

Communications techniques et vulgarisation

Module de Formation sur la Flavescence Dorée pour les agents facilitateurs WiNetWork.