Réduction intrants

Optimiser les techniques d’application des produits phytosanitaires

Une des voies importante de réduction de l’impact environnemental des traitements repose sur l’optimisation des processus de pulvérisation et des techniques d’application des produits phytosanitaires.

L’objectif est de localiser le maximum de bouillie sur la cible et de limiter le phénomène de dérive notamment lorsque des zones sensibles jouxtent les parcelles traitées.
Partant de ce constat reconnu par tous, les travaux de l’IFV (dans le cadre de l’UMT EcoTechViti) cherchent à évaluer cette qualité de pulvérisation.

Pour l’heure, ce travail s’effectue à l’aide des bancs de contrôle EvaSprayViti® et PulvéTop® développés par l’IFV et ses partenaires. Ces outils apportent une meilleure compréhension du dépôt des gouttelettes de pulvérisation sur la cible végétale. Une adaptation des doses de produits au vignoble ne pourra s’effectuer sans risque que dans le cadre d’une parfaite connaissance et maîtrise des systèmes de pulvérisation.

Pour ce qui concerne plus particulièrement l’étude du phénomène de dérive, un banc d’essai baptisé EoleDrift est en cours de développement au sein de l’UMT, il permettra l’artificialisation des conditions de vent qui est un prérequis indispensable à l’obtention de mesures fiables et répétables dans des contraintes de temps d’expérimentation et de coût acceptables. Grace à ce nouveau banc les techniques de pulvérisation limitant au mieux la dérive pourront être identifiées. Ainsi des solutions permettant de limiter la dérive, concrètes et officiellement reconnues, pourront être apportées aux viticulteurs concernés par le voisinage de zones sensibles.

En réponse aux deux enjeux d’amélioration de la qualité de pulvérisation et de limitation du phénomène de dérive, diverses solutions de confinement de la pulvérisation sont envisageables. Elles sont prometteuses en termes de réduction de l’impact environnemental mais restent pour l’heure complexes à mettre en œuvre au vignoble et rencontrent des freins d’ordre techniques et économiques. Dans ces travaux, il s’agit également d’étudier l’intérêt des techniques de pulvérisation aux performances intermédiaires ainsi que celui de mesures additionnelles (plantation de haies, installation de filets brises vents, etc…) pour trouver des solutions adaptables au contexte de toutes les exploitations viticoles.

Derniers résultats acquis

Les travaux engagés depuis 2013 (classification des pulvérisateurs viticoles en fonction de leurs performances agro-environnementales) se sont poursuivis cette année.

Au total, le nombre de pulvérisateurs testés est de 38. L’ensemble des résultats d’évaluation obtenus sont regroupés dans une base de données. Son exploitation a permis d’identifier les techniques de pulvérisation qui représentent un progrès en termes de qualité d’application par rapport aux techniques le plus couramment utilisées.

Il apparaît que le remplacement de ces techniques par les techniques les plus performantes permettrait de réduire significativement les doses de produits phytosanitaires employées (objectif EcoPhyto) tout en maintenant une fiabilité de la protection équivalente sinon meilleure.

En exploitant la base de données, un indicateur synthétique de la performance des pulvérisateurs a été construit. Grace à cet indicateur une méthode de classification des pulvérisateurs a été bâtie et présentée aux diverses parties prenantes lors du comité de pilotage du projet.

Pour ce qui concerne le développement méthodologique

En matière de mesure de la dérive de pulvérisation, une étude aéraulique a été effectuée en partenariat avec le CSTB dans le cadre du projet EoleDrift. Elle a permis de rédiger le cahier des charges du dispositif d’artificialisation du vent. Dans cette étude, plusieurs scénarios de soufflage ont été étudiés et l’un d’entre eux représenté ci-dessous a été choisi.

Un « mur de vent » prototype composé de quatre ventilateurs a été construit à l’automne 2016 puis l’étude de ses performances en termes de qualité du vent produit a permis d’acter le lancement du chantier de construction du mur de ventilateurs de 25 m² représenté ci-dessus.

Les premières mesures de dérive réalisées à l’aide du banc d’essai EoleDrift ont été lancées en automne 2017.

Par ailleurs en 2016, les travaux, en vue d’évaluer l’influence de la forme et de la nature de la végétation ciblée par le traitement sur les quantités de dépôts de pulvérisation qu’elle reçoit, ont été poursuivis.

La méthode d’analyse des données issues d’un capteur LIDAR a été affinée

afin d’obtenir une mesure objective et répétable des caractéristiques du couvert végétal. De nouveaux indicateurs ont été développés, comme le TAI (Tree Area Index) qui est issu d’une analyse probabiliste du feuillage en complément du volume de végétation et qui permet d’avoir accès à la notion de porosité du feuillage en plus du volume de végétation. Le traitement des données LIDAR permet une analyse spatiale du développement du couvert végétal au sein des parcelles.

En parallèle, les relations entre les dépôts de produits sur la végétation,  les différents indicateurs décrivant le développement végétatif et les principaux types de pulvérisateurs viticoles ont été étudiées. L’objectif est de proposer des abaques de réduction de doses qui pourraient servir de support à une évolution de l’expression des doses.

Des essais en laboratoire ont également été réalisés afin de déterminer la dose minimale efficace par cm² de feuille à protéger.

L’objectif est toujours de raisonner en fonction du végétal à traiter et non pas d’une dose uniformisée à l’hectare, quelle que soit la végétation, la sensibilité du végétal et la pression parasitaire. Ces travaux ont permis d’affiner l’évaluation de l’impact du positionnement des produits de contact sur les faces inférieures des feuilles de vigne dans la lutte contre le mildiou.
Des travaux ont été menés pour répondre aux interrogations des viticulteurs sur l’efficacité biologique obtenue avec des buses classiques et des buses permettant de limiter la dérive.

Par ailleurs, l’effet anti-dérive de différents filets a également été comparées. Cela a permis de démontrer que ces dispositifs réduisent la dérive d’un facteur compris entre 2 et 3 selon les conditions de mise en œuvre.

D’autres méthodes de traitement sont également testées

afin de réduire les risques environnementaux et pour la santé humaine, des essais de micro-injection pour les protections mildiou et oïdium sont en cours. Ces essais permettent d’améliorer le matériel d’injection, d’évaluer l’efficacité de la méthode mais également de connaitre la persistance d’action des produits injectés dans les ceps de vigne.

L’équipe projet

Les partenaires

  • R&D : IRSTEA UMT EcoTech-Viti, CIVC, Chambres d’Agriculture Commission Cietap de l’AFPP.
  • Filière : Distribution phytosanitaire, constructeurs, EPLEFPA Bordeaux-Gironde, viticulteurs (réseau DEPHY), IFV Services

Règlementation

Équipements de limitation de la dérive de pulvérisation

Les travaux conduits par l’IFV et l’IRSTEA sur la pulvérisation ont permis de faire évoluer la réglementation. En effet, à titre provisoire, les pouvoirs publics ont accepté d’homologuer certains matériels de pulvérisation permettant de réduire les ZNT.

La liste des matériels homologués pour la réduction des ZNT est disponible ici.

Guide pratique

Guide pratique de réglage et d’utilisation des pulvérisateurs viticoles.

Télécharger le guide

Zoom sur …

Le projet INNOSETA

Le projet INNOSETA met en œuvre une approche interactive, en ligne, pour la communication, le partage des connaissances et la stimulation de l’innovation multi-acteurs sur le thème de la pulvérisation à l’échelle de l’union européenne grâce à sa plateforme web unique.

Lire la brochure Innoseta

La pulvérisation confinée en viticulture

La pulvérisation confinée constitue une opportunité pour les viticulteurs car elle allie efficacité et le respect de l’environnement.

Lire l’article

Diversité des techniques de pulvérisation

Document réalisé par A.Vergès, Colloque Euroviti, Angers 2016.

Lire le document

Maîtrise de la qualité de la pulvérisation

Cette note présente les résultats de recherche réalisés par l’IFV, Irstea et Montpellier SupAgro sur l’évaluation des performances agro-environnementales des pulvérisateurs, la modélisation des dépôts sur la végétation dans le cadre de l’UMT  EcoTechViti.

Lire la note

Pulvérisation de précision.
Démonstration d’EvaSprayViti, vigne artificielle modulable.

Publications

Communications IFV de portée nationale ou internationale

  • Codis S, Verges A, Savajols B, Delpuech X, Ruelle B, Carra M, et al., 2016. Adapter le parc de matériel pour traiter plus précisément Deuxième proposition pour une contribution réaliste des agroéquipements aux objectifs du plan Écophyto : utiliser des appareils permettant une application précise garantie grâce à des tests reconnus UMT ECOTECHVITI. Phytoma LdV 2016;698:4.
  • Sébastien C, Adrien V, Blandine S., 2016. Note sur les performances des techniques d’application des produits phytosanitaires utilisées en viticulture – cas des vignes larges Décembre 2016. In; 2016. p. 8.
  • Codis S, Verges A, Savajols B, Delpuech X, Ruelle B, Carra M, et al., 2016. Mieux et moins traiter la vigne : moduler les doses dans la saison Première proposition pour une contribution réaliste des agroéquipements aux objectifs du plan Écophyto : faire évoluer le système d’expression des doses autorisées pour les adapter aux besoins réels du végétal. UMT EcoTechViti. Phytoma LdV 2016;698:2.
  • Verges A., 2016. Diversité des techniques de pulvérisation vs performances : identification de voies d’optimisation sur la vigne artificielle EvaSprayViti. Montpellier: Présentation orale lors d’EuroViti 2016; 2016.
  • Davy A., 2016. PROPRIÉTÉS DES FONGICIDES ET IMPACT SUR LEUR APPLICATION. In Union Girondine; 2016.
  • Davy A., 2016. Les moyens de limiter la dérive. In: Euroviti. Angers; 2016. p. 17-21.
  • Davy A., 2016. Poster dérive IFV. In; 2016.
  • Davy A., 2016. Limitation de la dérive, aspects réglementaires. Rencontres Viticoles d’Aquitaine, Blanquefort, février 2016.
  • A. Verges, S. Codis, JF. Bonicel, G. Diouloufet, JP. Douzals, J. Magnier, P. Montegano, X. Ribeyrolles, B. Ruelle, 2015. Sprayers’ classification according to their performance in terms of spray deposition quality. – Colloque Européen SuproFruit 2015
  • Jessica Magnier, Olivier Naud, Sébastien Codis, Adrien Verges, Bernadette Ruelle, 2015.  Nouvelle approche pour l’ajustement des doses de pesticides en fonction des structures de végétation et des pulvérisateurs par la modélisation – Colloque GIESCO  – Les 19èmes Journées GiESCO (Groupe international d’Experts en Systèmes vitivinicoles pour la Coopération) –  Narbonne Juin 2015
  • Alexandre Davy, Stéphanie Cestaret, Sébastien Codis, Marc Raynal, Quentin Robert, Marc Vergnes, 2015. Réduire les phytos, oui mais… – Colloque TECHNILOIRE – Montreuil Bellay 20 novembre 2015.
  • S. Codis, A. Verges, O. Hebrad , J. Magnier, P. Montegano, X. Ribeyrolles, B. Ruelle, 2015.  EvaSprayViti : Une vigne artificielle pour l’optimisation agro-environnementale de la pulvérisation en viticulture – Innovations Agronomiques Vol46.
  • Codis S., 2014. Limiter la présence des produits phytosanitaires dans l’air par l’optimisation de la pulvérisation. Rencontres Rhodaniennes.
  • Codis S., Verges A., 2014. Présentation des résultats du « Banc d’essai pulvé »: des solutions concrètes pour améliorer les performances agro environnementales des matériels de traitements. EVVLR, Narbonne, février 2014.
  • Codis S., Verges A, Davy A., 2014. Amélioration de l’usage des produits phytosanitaires : des pistes concrètes via l’innovation technologique et l’évolution des pratiques. Conférence Internationale de l’IFV, Bordeaux, Décembre 2014.
  • Cottet C., Dubuis P.-H., Viret O., Davy A., Raynal M., 2014. Vigne : peut-on baisser les doses de fongicides ? Phytoma n° 674, mai 2014, pp 37-41.
  • Davy A., 2014. Utilisation des panneaux récupérateurs. Actes des rencontres Viticoles d’Aquitaine, Bordeaux, février 2014.