L’épamprage

Une pampre est un rameau non fructifère qui pousse sur la souche ou sur le porte-greffe. L’épamprage consiste à éliminer ces repousses.

Quels sont les facteurs influençant le nombre et la vigueur des pampres ?

Plusieurs facteurs interviennent :

  • le cépage : le Colombard ou le Merlot émettent plus de pampres que d’autres cépages comme l’Ugni blanc par exemple.
  • la vigueur des souches
  • la vigueur du sarment utilisé pour former le tronc. Il est préférable de former le tronc avec un sarment à longs mérithalles ayant peu de noeud
  • l’âge de la plantation : un plantier en taille de formation émettra plus de pampres qu’un vignoble implanté depuis 10 ans
Quand épamprer ?
L’épamprage est réalisé entre le débourrement et la floraison en 1 ou 2 fois. S’il est réalisé trop précocément, il peut être nécessaire de repasser pour supprimer les pampres qui sortent tardivement. S’il est réalisé trop tardivement, le travail est plus long et plus difficile.
Quel est le coût d’un épamprage mécanique ?

L’effeuillage mécanique s’est fortement développé pour des raisons économiques. En effet, l’effeuillage manuel est intéressant pour la douceur et la maîtrise de la quantité de feuilles enlevées. En revanche, il représente un temps de travail conséquent, de 20 à 30 heures par hectare selon les enquêtes au vignoble (soit 300 à 450 €). Une fois mécanisée cette opération ne demande plus qu’une heure et demie à deux heures par hectare en vignes larges, soit au maximum 70 € de main d’œuvre et traction. L’amortissement d’une machine coûtant jusqu’à 20000 € sur 7 ans et 30 hectares représente 100 € par hectare et par an. Le coût total de l’effeuillage mécanique ne dépasse donc pas 200 € par hectare et par an. L’utilisation en CUMA permet de faire baisser nettement le coût de l’amortissement. Les coûts pratiqués en CUMA fluctuent ainsi de 30 à 50 € par hectare effeuillé avec la machine (hors traction et main d’œuvre).

 

Pourquoi épamprer ?

L’épamprage permet :

  • d’éliminer des rameaux non fructifères et de contrôler la vigueur de la vigne
  • de limiter l’encombrement des souches, de permettre une meilleure aération de la végétation, un meilleur état sanitaire en réduisant notamment le risque de contaminations primaires de mildiou
  • de limiter le risque de phytotoxicité des désherbants systémiques dans le cas d’un désherbage sous le rang
  • de favoriser le passage des machines et notamment celui des machines à vendanger. Un épamprage de qualité est nécessaire pour assurer une étanchéité optimale du système de réception (écailles ou paniers)

Quel coût est le coût de l’épamprage manuel ?

L’épamprage manuel est exigeant en main-d’œuvre. Il faut compter environ 10h/ha pour 500 pieds/ha. Il intervient peu avant une période de pointe de travaux (rognage, protection, relevage). Il est préférable de réaliser l’épamprage manuel proprement à l’aide de sécateur afin d’éviter de créer des zones de nécrose. Ces zones de nécrose vont gêner la circulation de la sève et sont autant de portes d’entrées possibles pour les champignons responsables de l’Esca et du BDA.

Quel est le coût d’un épamprage chimique ?

L’épamprage chimique utilise l’effet défanant de certains produits utilisés habituellement comme herbicides. L’application doit être réalisée sur des pampres de 30 à 40 cm de long, entre la mi-mai et début juin dans le sud-ouest. L’épamprage chimique n’a plus le vent en poupe puisque la tendance actuelle va vers une limitation de l’utilisation des herbicides. Une épampreuse chimique « intelligente » qui pulvérise lorsqu’elle détecte une pampre a également été évaluée par l’IFV Sud-Ouest. Le coût d’un tel épamprage a été évalué à 84-99 €/ha.