Derniers résultats acquis

(Mise à jour mars 2017)

Les objectifs des travaux conduits par l’IFV consistent à mieux comprendre les évolutions observées (enroulement) et de mettre au point des luttes alternatives intégrées, efficaces et respectueuses de l’environnement (court-noué). Par ailleurs, une bonne connaissance de ces maladies, tant du point de vue des symptômes, que des modes de propagation, est un point clef de la lutte contre ces viroses.
Des formations sur ces maladies sont donc proposées aux différents acteurs de la filière, prescripteurs, conseillers, pépiniéristes et viticulteurs.
Plus précisément en ce qui concerne le court-noué, les travaux appliqués conduits par l’IFV, en collaboration avec le groupe national composé de l’INRA, de divers services d’interprofessions et de chambres d’agriculture, portent sur l’étude des leviers qui, utilisés de manière intégrée, permettront d’optimiser la lutte contre la maladie :
- la création et l’étude au champ de matériel végétal permettant de retarder les contaminations par le virus ; à ce titre, le porte-greffe NemadexAB issu de travaux d’hybridation avec l’espèce Muscadinia rotundifolia résistante au court-noué, a été obtenu par l’INRA et inscrit au Catalogue des variétés en 2011. Il est à l’étude depuis plusieurs années maintenant dans le cadre d’un réseau d’essai national multi organismes. Le suivi a permis de mettre en évidence son aptitude à retarder les contaminations, retard variable selon la situation infectieuse de la parcelle ainsi que d’en préciser les caractéristiques agronomiques. Ces dernières, exigeantes en termes de vigueur et production, adaptation à la sécheresse et à la chlorose calcaire, font de lui un porte-greffe « de niche » à réserver à quelques situations pédo-climatiques adaptées. Le travail actuel consiste en un bilan économique des gains qu’apporte l’utilisation porte-greffe et une meilleure caractérisation des « niches » agronomiques lui convenant, ayant donné lieu à un article de synthèse paru début 2016 dans le Progrès Agricole et Viticole. 
Par ailleurs, dans le cadre d’un projet conduit par l’INRA visant à mieux comprendre la résistance apportée par le parent Muscadinia, une gamme plus large de porte greffes voisins du NemadexAB va prochainement être implantée dans une parcelle fortement contaminée par le court-noué afin de suivre les contaminations de ces individus.
- le recours au repos du sol entre deux générations de vigne, et plus précisément la possibilité de compléter ce repos d’une jachère à base de plantes dites « nématicides ». Ces dernières, dont le mode d’action précis sur le vecteur n’est pas connu, seraient capables d’avoir une action « suppressive » sur les populations de nématodes vecteurs, et donc, un possible retard des recontaminations. Toutefois cela demande à être vérifié, aussi l’efficacité de telles jachères est-elle actuellement à l’étude au sein d’un réseau d’essais multi-organisme. Les expérimentations sont conduites en deux temps : des résultats à plus court terme ont été obtenus sur la capacité de ces jachères à réduire les populations de vecteurs et ont donné lieu à une fiche bilan. Sur un moyen terme, il reste maintenant à confirmer l’effet des réductions de population de nématodes sur les recontaminations effectives par le virus ; ce travail est en cours et des premières tendances devraient être disponibles, selon la vitesse des recontaminations par le virus, dès 2020.

NB : Des sessions de formation aux maladies transmissibles et notamment aux viroses existent. Ces formations permettent de mieux connaitre les virus, de se familiariser avec les symptômes et d’éviter les confusions avec d’autres maladies ou carences ! Voir

 

Les viroses de la vigne

Fiche pratique sur le Court-Noué et l'Enroulement Téléchargez

Focus

Evaluation de la pratique de la jachère dans la lutte contre le court-noué. Lire

En savoir plus

Court-Noué, attention au repos du sol Téléchargez

Synthèse

Nemadex AB : bilan des réseaux d'expérimentation en France (mars 2016). Lire

 
 
creation site internet saint brieuc