Maladies émergentes et développements méthodologiques



L’absence de virus et de pathogènes apparentés (phytoplasmes, viroïdes, bactéries… ) dans les vignes mères de greffons et de porte-greffe est essentielle pour la filière vitivinicole. Ces agents pathogènes étant transmis par les bois des greffons et des porte-greffes, s’ils sont présents, ils le resteront dans la descendance, aucun traitement curatif n’étant possible. La seule méthode de lutte restera alors l’arrachage des plants atteints et la lutte contre les vecteurs, quand ils existent, pour éviter la contamination des autres plants. La méthode la plus efficace demeure donc de ne diffuser que du matériel exempt de ces agents pathogènes. Pour cela, il est nécessaire d’avoir les moyens de les détecter efficacement.
Plus de 60 virus ont été identifiés sur vigne à cette date même si très peu ont un impact bien connu.
L’amélioration des connaissances, tant en terme de pathogènes (liste et impact des virus) qu’en terme de techniques, pourrait conduire à faire évoluer la réglementation et à élargir la gamme de détection de ces virus que ce soit dans un objectif d’agrément ou de suivi des vignes-mères. Il est donc important de faire évoluer les méthodes de détection pour pouvoir compléter la gamme de tests proposés et anticiper les besoins de l’ensemble de la filière. Ainsi, la PCR en point final ou en temps réel sont des techniques qui doivent être mises en place en complément de l’ELISA pour nos besoins propres ou pour les proposer à la filière.
La bibliographie scientifique actuelle met par ailleurs en évidence un foisonnement d’innovations dont l’intérêt doit être évalué tant sur le plan technique qu’économique.
Ainsi commencent à se multiplier des propositions de kits de diagnostic adaptés à la vigne découlant de certaines de ces évolutions méthodologiques. La question de leurs intérêts respectifs pour détecter différents types d’agents pathogènes se pose. Les performances de certaines de ces techniques de détection dites « au champ » et « rapides » en laboratoire (LAMP, nouvelles générations de puces…) pourront ainsi être évaluées. Des approches de métagénomique plus novatrices permettant, d’une part, d’appréhender l’état sanitaire global d’une plante ou d’un ensemble de plantes et d’autre part, d’identifier de nouveaux virus ou variants associés à différentes symptomatologies pourront aussi être testées.
Une veille scientifique sur l’émergence ou de la recrudescence de virus ou maladies apparentées au niveau international est aussi mise en place.

Equipe projet IFV

Anne-Sophie Spilmont
Anne-Frédérique Sevin, Isabelle Beccavin, Loïc Le Cunff

Partenariats

Equipe Vive de l’INRA de Colmar, LDA de Macon, CNRS de Strasbourg, INRA et Université de Bordeaux (Equipe de Virologie, UMR 1332 Biologie du Fruit et Pathologie)

 
 
creation site internet saint brieuc