Actualités

Maladies du bois de la vigne, situation en 2014

13.05.2015

Cette note de la DGAL, issue des dispositifs d’observation du vignoble national, montre que plus de la moitié des cépages observés, en 2014, présentent des niveaux d’attaque proches ou supérieurs à 5 % de ceps touchés.

L’évaluation objective de l’expression des maladies du bois (Esca / Black Dead Arm et Eutypiose) repose, depuis ces dernières années pour l’essentiel, sur le réseau de surveillance biologique du territoire, dispositif national d’épidémio-surveillance initié dans la cadre de l’axe 5 du plan Ecophyto.
En parallèle, subsiste encore pour 3 régions (Alsace, Poitou-Charentes et Rhône-Alpes/Beaujolais), la continuité de l’observatoire historique de la période 2003 -2008, poursuivi au-delà de cette date, et dédié spécifiquement aux maladies du bois. Les vignobles  du Val de Loire et du Jura ont repris ce dispositif depuis 2011.
Notons aussi, toujours à l’échelle locale (inter-départementale) la création récente de nouveaux réseaux de parcelles dédiées à cette observation.

Au total en 2014, un panel d’environ 700 parcelles a été suivi. Les notations répondant aux critères d’observation définis par des protocoles harmonisés visent à déterminer le taux moyen de ceps présentant des symptômes foliaires, incluant les formes lentes et sévères, ce qui correspond à la prévalence des maladies. L’Esca / Black Dead Arm, est prioritairement noté, l’Eutypiose n’est observée que dans quelques vignobles.
Ces observations parcellaires se rapportent à une vingtaine de cépages en termes de
représentativité et se déclinent sur la plupart des régions et bassins viticoles sans pour autant représenter exhaustivement l’ensemble des bassins de productions.
Le niveau d’externalisation annuelle des symptômes en végétation, pour l’Esca sous les formes lentes et apoplectiques, ou encore pour l’Eutypiose, est variable comme l’ont démontré des suivis précis de ceps à ceps. En effet, le poids de facteurs abiotiques (dont l’influence des conditions climatiques de l’année, en lien avec le niveau des réserves hydriques utiles des sols) se conjugue avec ceux imputables aux facteurs biotiques. En d’autres termes, la seule approche annuelle serait réductrice pour évaluer l’état des lieux, la vision comparée et pluriannuelle s’inscrit mieux pour tendre vers cet objectif.

Rappel sur les principaux acquis statistiques des synthèses antérieures notamment de l’observatoire des maladies du bois entre 2003 et 2008:
- effet cépage : la sensibilité des différents cépages à l’esca/black dead arm et à l’eutypiose a pu être établie, ainsi le Pinot noir, la Syrah, le Cot apparaissent nettement moins sensibles à l’Esca / Black Dead Arm que le Sauvignon, l’Ugni B, le Gewurztraminer, le Trousseau, …
- effet âge : la prévalence (taux moyen d’expression des symptômes) apparaît maximale entre 12 et 18 ans (notation Esca / Black Dead Arm) et diminue ensuite progressivement jusqu’à 40 ans. Pour l’Eutypiose, et les cépages les plus concernés (Ugni B, Chenin,...), les classes d’âge 25 à 40 ans correspondent aux prévalences les plus élevées. Ces classes d’âge de forte prévalence, établies à partir des données de l’observatoire 2003-2008, ont pu évoluer depuis.

Synthèse nationale 2014
Cette synthèse est élaborée à partir de données d’observations issues de différents réseaux qui se distinguent par leur finalité (observatoire dédié ou réseau d’épidémio-surveillance à vocation généraliste). Les prévalences (fréquences de ceps atteints) moyennes sont calculées à partir de situations qui peuvent différer par le nombre de parcelles suivies pour chaque cépage. Les résultats doivent donc être relativisés compte tenu de l’extrême diversité des situations. Ils permettent néanmoins de dégager des tendances.
Les résultats montrent qu'au-delà des fortes variations d’expression inter-annuelles, les moyennes masquent de grandes disparités entre parcelles et entre cépages y compris pour un même bassin viticole.
L’Eutypiose est suivie dans les vignobles du Val de Loire, du Centre, de la Bourgogne et du
Beaujolais. Depuis 2003, la tendance générale est à la baisse, même si on a pu observer une apparente recrudescence en 2012 sans doute liée à des conditions météorologiques printanières plutôt humides.
L’Esca / Black Dead Arm (les 2 syndromes ne sont pas différentiés dans les notations) demeure la maladie la plus préoccupante qu’il s’agisse des formes lente ou foudroyante (apoplectique). Plus de la moitié des cépages observés en 2014 présentent des niveaux d’attaque proches ou supérieurs à 5 % de ceps touchés (figure 1). Les cépages les plus touchés (prévalence moyenne supérieure à 8%) sont 2 cépages alsaciens (Gewurztraminer et Riesling), les 2 cépages jurassiens (Savagnin et Trousseau), ainsi que l’Ugni Blanc dans le vignoble Charentais et le Colombard dans le Gers. On trouve dans cette catégorie 2 cépages cultivés en Corse, le Nielluccio et le Sciacciarello, mais le nombre de parcelles observées est insuffisant pour consolider ce niveau d’attaque.
Les cépages Sauvignon, Melon de Bourgogne, Chenin et Cabernet-Sauvignon sont touchés à des niveaux d’attaque compris entre 5 et 8 %. A l’opposé des cépages comme la Syrah, le Carignan, le Pinot Noir et le Pinot meunier sont peu touchés (moins de 2%). Signalons des cépages dont la prévalence de l’Esca / Black Dead Arm diffère en fonction du vignoble. C’est le cas du Chardonnay, davantage touchés en Bourgogne (plus de 3%) qu’en Champagne (moins de 1%).
La situation pédoclimatique mais aussi le mode de conduite pourrait expliquer cette différence.
Signalons également, que les moyennes par cépages masquent une forte variabilité au sein de chaque vignoble.
L’impact économique lié à ces maladies de dépérissement est sans doute important mais il est difficile à évaluer sans une analyse approfondie.

Focus
Un plan national dépérissement de la vigne
De nombreuses causes sont à l’origine du dépérissement du vignoble, au premier plan desquelles les maladies du bois, mais d’autres facteurs d’ordre physiologiques, climatiques ou pathologiques sont en causes. Face à ce constat, la profession mobilisée autour du Cniv, avec le concours de FranceAgriMer, a décidé de lancer un plan Dépérissement du Vignoble.
Téléchargez le document

 

 
 
creation site internet saint brieuc