Biodiversité

Diversité des levures, champignons et moisissures

Diminution des intrants, viticulture biologique, chan­ge­ments climatiques, nouveaux procédés industriels…, autant de contraintes modifiant la biodiversité fongique et favorisant le développement ou l’apparition de maladies ou altérations.
Les inventaires réalisés sont peu exploitables, car ils sont basés sur des visions non-dynamiques des communautés microbiennes. Il faut donc élaborer des « état des lieux à point zéro » permettant ensuite de valider les changements observés comme par exemple :
• Connaître la diversité et l’origine des souches de Brettanomyces permet d’orienter la recherche de solutions vers la vigne ou vers la cave,
• Déterminer le contexte d’apparition de certaines moisissures peut permettre de mieux gérer les contaminations de type ochratoxine A (OTA) ou goûts moisis-terreux (GMT).
Dans le cas des maladies du bois, la difficulté à proposer des méthodes de lutte est liée, entre autres, à une mauvaise connaissance des champignons impliqués.
Nous étudions la biodiversité fongique du système sol/vigne/vin dans plusieurs vignobles et les éventuelles corrélations entre biodiversité fongique, millésimes, conditions environnementales et culturales et l’expression des maladies ou d’altérations.

Partenariats : Cellule Terroirs Viticoles, BIVB, FREDON Bourgogne
Contacts : Morvan Coarer

 
 
creation site internet saint brieuc