Stratégie de pilotage du vignoble


Intérêts techniques et économiques de l’enherbement maîtrisé sous le rang

Depuis plusieurs années, la plupart des vignobles français connaissent un développement important de l’enherbement de l’inter-rang, alors que, sous le rang, le désherbage chimique demeure la règle générale.
Dans une optique de limitation des intrants, le désherbage mécanique demeure l’alternative première à la non utilisation des herbicides?; cette technique fait déjà l’objet d’études en cours sur le bassin de production du Sud-Ouest.
La mise en œuvre d’un enherbement maîtrisé sous le rang pourrait être une alternative complémentaire, intéressante d’un point de vue technique et économique.
Deux types de solutions sont mis à l’essai par le pôle IFV Sud-Ouest?: l’enherbement naturel et l’engazonnement avec un matériel végétal spécifique.
L’enherbement naturel présente l’avantage d’une facilité de mise en œuvre, l’enherbement semé pourrait permettre un meilleur contrôle de la concurrence hydro-azotée par le bon choix d’espèces, variétés ou mélanges.
La technique d’enherbement sous le rang est testée dans différentes conditions pédoclimatiques et optiques de production, dans le but de favoriser la limitation voire l’arrêt de l’utilisation d’herbicides.

Partenariats
: Chambres d’agriculture du Gers et de Haute-Garonne ; Conseil Général de Haute-Garonne ; Ferme Expérimentale d’Anglars-Juillac (Lot), Domaine Expérimental Viticole du Tarn.
Contact : Laure Gontier


Gestion de l’azote de la matière première : mise au point d’indicateurs précoces au vignoble

Depuis plusieurs années, l’enherbement permanent de la vigne se développe dans les vignobles.
Cette présence végétale se traduit par une concurrence azotée et des niveaux d’azote assimilable bas dans les moûts. Il apparaît que le potentiel azoté général du moût contribue à l’expression du bouquet réducteur des vins.
L’enjeu de cet essai est d’anticiper les carences azotées éventuelles en établissant une corrélation entre l’azote assimilable des jus de raisins verts (début août) avec l’azote assimilable du moût à la récolte. En fonction du diagnostic précoce, des traitements correctifs pourront être mis en œuvre au vignoble.

Contacts : Thierry Dufourcq, Eric Serrano


Intérêt de la fertilisation foliaire en azote sur la qualité aromatique des vins

Une carence en azote sur moût peut fortement pénaliser le potentiel aromatique d’un vin. L’enherbement est une pratique de plus en plus répandue sur nos vignobles qui peut être à l’origine de carence azotée du moût, par la concurrence qu’exerce l’espèce semée sur la vigne. Les préconisations de fertilisation azotée sont, à l’heure actuelle, de limiter les apports sur les parcelles avec un objectif essentiel de maîtrise de la vigueur.
Dans ce contexte, le pôle IFV Sud-Ouest a étudié et démontré l’intérêt d’une pulvérisation d’azote foliaire à la véraison pour favoriser l’expression aromatique de vins de cépage Colombard, Sauvignon, Négrette, Merlot, Petit et Gros Manseng. En 2010, un nouveau projet a vu le jour et vise à identifier et à évaluer les sources d’azote utilisables en agriculture biologique par voie foliaire.

Contact : Thierry Dufourcq


Impact de l’irrigation sur le potentiel aromatique des vins

L’irrigation de la vigne est une technique maintenant bien développée dans la plupart des vignobles mondiaux. Celle-ci permet d’assurer des productions qualitatives dans des zones climatiques enregistrant une très faible pluviométrie estivale (Napa Valley en Californie ; Mendoza  en Argentine…), mais également dans des zones plus froides et plus humides (Niagara Region au Canada).
L’objectif de cet essai est d’évaluer la capacité des techniques d’irrigation pour maintenir la stabilité de la qualité aromatique des vins de Colombard et de Gros Manseng en favorisant l’assimilation de l’azote et pour réguler la phase de maturation des raisins.
Les résultats aideront les professionnels à décider de l’intérêt technique de cette approche dans les conditions pédo-climatiques régionales.

Contact : Thierry Dufourcq


Viticoût® : maîtrise des coûts de production

La filière viticole connaît une crise qui l’amène à se pencher sur les charges de production. Celles-ci sont la plupart du temps abordées au travers de la comptabilité analytique, parfois difficile d’accès pour les exploitants.
Des données sur le sujet sont collectées par différents organismes, rarement de la même manière et sans recoupement. De plus, faire un état des lieux ne suffit pas à maîtriser les charges de production. Les études existantes font souvent état de moyennes ou de cas généraux, alors que la problématique des coûts au niveau des exploitations est toujours un cas particulier.
L’objectif du projet est d’apporter aux professionnels du Sud-Ouest un outil d’aide à la décision accessible sur internet, portant sur les choix techniques au sein d’itinéraires, personnalisables, grâce à une mise en commun des compétences sur le sujet au niveau régional.
Viticoût®, disponible depuis le 22 novembre 2010, permet ainsi de réaliser un état des lieux puis de simuler un changement de pratique (désherbage mécanique, taille rase…), afin d’en évaluer l’impact économique sur l’itinéraire de production.

Partenariats : Chambres d’agriculture de Midi-Pyrénées.
Contact : Christophe Gaviglio


Performances énergétiques des matériels viticoles utilisés sur les vignobles du Sud-Ouest

La mécanisation du vignoble, nécessaire pour optimiser les coûts de production, entraîne l’utilisation de divers matériels, plus ou moins gourmands en énergie dans leur fonctionnement.
A l’heure où tous les choix d’investissement se raisonnent non seulement en fonction du coût d’achat mais aussi en fonction du coût d’utilisation et de l’impact écologique, le poste consommation d’énergie devient important.
Ce thème est particulièrement présent dans les grandes orientations du programme national de développement agricole. Les objectifs de ce programme sont :
- de créer un centre de mesures «normalisées» de la consommation énergétique des matériels viticoles utilisés dans le Sud-Ouest,
- d’acquérir des références sur la consommation énergétique des matériels et des tracteurs des vignobles du Sud-Ouest et les diffuser auprès des techniciens et viticulteurs de la région.

Contact : Christophe Gaviglio



Mécanisation de la taille : une voie pour réduire les coûts de production

La filière viticole connaît une crise qui l’amène à se pencher sur les charges de production.
Dans un itinéraire de production classique pour les vins de pays, les charges liées à la taille peuvent représenter jusqu’à 30?% des coûts au vignoble, en raison du temps incompressible que cette opération demande lorsqu’elle est manuelle.
Le développement de matériels de prétaille plus performants permet aujourd’hui d’envisager un nouveau mode de taille, déjà expérimenté avec succès en Italie et chez quelques viticulteurs précurseurs dans le sud de la France. Il s’agit d’une prétaille rase de précision, permettant de réduire très significativement les temps de reprise manuelle au sécateur. Ce projet vise donc à évaluer l’impact agronomique de cette pratique et le matériel de taille rase disponible sur le marché.

Partenariats
: Chambres d’agriculture du Gers et de Haute-Garonne.
Contact : Christophe Gaviglio


Systèmes de conduite innovants et mécanisables

Ce projet s’inscrit dans une dynamique de recherche de compétitivité pour des exploitations viticoles qui produisent des vins blancs, rosés ou rouges sur le segment de marché des vins entrée de gamme.
Ce segment correspond à des vins qui peuvent être produits selon une offre revendiquant l’origine régionale (vin IGP) ou sans mention de l’origine (vin sans IG).
Les caractéristiques technico-économiques de ce type de production correspondent à une stratégie basée sur l’adéquation entre le coût de revient et le volume produit.
Au final, les objectifs généraux de ce projet sont :
• Répondre aux offres de production du segment des vins «?entrée de gamme?» à travers l’optimisation de système de conduite de la vigne très mécanisable,
• Étudier l’adaptation de ces systèmes aux conditions du milieu (sol/climat régional), de la production (rendement/qualité), de cépages (blanc/rouge) à travers l’optimisation des pratiques d’entretien de la parcelle et de la végétation,
• Permettre l’évaluation technico-économique en conditions réelles de production de ces systèmes,
• Permettre la diffusion de l’information vers les professionnels à travers l’expérience acquise en condition de production, des journées de formation et de démonstration sur site.

Partenariats : Chambre d’Agriculture du Gers et Domaine Viticole Expérimental Tarnais.
Contact : Thierry Dufourcq

 
 
creation site internet saint brieuc