Matériels vinicoles

Références technico-économiques sur les nouveaux matériels vinicoles

Produire des vins de qualité dans les meilleures conditions économiques, en répondant aux nouvelles attentes en termes de sécurité alimentaire et de respect de l’environnement est désormais un des enjeux majeurs de la filière vinicole. Cet objectif ne peut être atteint sans la maîtrise des procédés et des ateliers de production. L’outil de production et l’exploitation des équipements interviennent en effet directement sur la qualité sensorielle des produits, sur leur qualité sanitaire, sur les coûts de production et la rentabilité, sur les consommations énergétiques, les quantités et la nature d’effluents ou déchets générés par le cycle de production.
Les objectifs du projet sont doubles :
•?Acquérir des références technico-économiques sur les nouveaux matériels : performances comparées des matériels, établissement des critères de choix, optimisation du dimensionnement et des aménagements, établissement des bonnes pratiques d’utilisation au regard des objectifs recherchés,
•?Favoriser et participer à la cons­truction des innovations et les améliorations techniques pour répondre aux nouveaux enjeux et aux évolutions en terme de gestion de production.
Les travaux en cours portent sur les nouveaux équipements de tri de la vendange, les équipements de clarification des moûts comme la flottation, les nouvelles technologies de mesures en cave destinées à améliorer le suivi des démarches qualité et améliorer la compétitivité.

Partenariats  : Montpellier SupAgro, INRA Pech Rouge, ICV, Institut Rhodanien, Centre du Rosé, Chambre d’Agriculture de la Gironde.
Contact : Jean-Michel Desseigne


Nettoyabilité des équipements

Dans l’industrie agro-alimentaire, l’aptitude au nettoyage d’un équipement constitue depuis longtemps un critère de choix prioritaire et s’appuie sur des règles de l’art précises (recommandations EHEDG, standard 3A…). Dans le secteur vinicole, la nettoyabilité était, dans un passé assez proche, très souvent négligée, tant par les équipementiers que par les œnologues. Certains équipements de cave restent à ce jour non nettoyables.
L’aptitude au nettoyage est désormais un critère de choix essentiel : réduction des doses de sulfitages, élaboration de nouveaux produits à teneur réduite en alcool, maîtrise des contaminants (par exemple Brettanomyces), cahier des charges des acheteurs, évolutions réglementaires… Les exigences doivent cependant tenir compte de l’état du produit, des conditions d’utilisation et des risques.
Les travaux en cours portent sur l’établissement de recommandations adaptées à la filière et la mise en place de bancs d’essais et d’outils de comparaison.

Contact : Jean-Michel Desseigne

 

Procédés œnologiques éco-innovants

Réduire les consommations d’eau et d’énergie, la production d’effluents, de déchets deviennent de plus en plus des enjeux pour les caves de vinification et les unités de conditionnement, à la fois pour des motifs environnementaux, mais également économiques : coûts de l’eau, de l’énergie, du traitement des effluents et coûts de la valorisation ou de l’élimination des déchets.
Dans le cadre d’un projet européen initié en 2009, l’objectif des travaux est de démontrer l’effi­­cacité «?éco-environnementale?» de procédés et méthodes innovantes permettant d’optimiser les consommations d’eau dans les caves vinicoles et de réduire ainsi les volumes d’effluents générés. Le projet a été élargi aux aspects énergétiques.
Les premiers travaux portent sur la filtration et le vidage-nettoyage des canalisations.

Partenariats : Pôle IFV développement durable, centres techniques (INCAVI -Espagne-, CVRVV -Portugal-, CUB -Hongrie-), VIF, CCVF, Euroquality, caves vinicoles, équipementiers…
Contact : Jean-Michel Desseigne

 
 
creation site internet saint brieuc